Du 2 au 7 octobre 2016, nous avons participé à la Semaine du Coworking pendant laquelle nous avons accueilli gratuitement toute personne désirant tester le coworking à Arlon. La semaine étant terminée, il est temps de faire le bilan.

Bastien Soret (Endorfin) a accepté de nous faire part de ses impressions suite à son essai du 6 et du 7 octobre.

Peux-tu nous présenter ton projet?

Je m'appelle Bastien, j'ai 24 ans et je viens de Liège. J'ai emménagé à Arlon fin du mois d'août pour des raisons personnelles et professionnelles. J'ai été sportif de haut niveau pendant presque 10 ans et j'ai toujours été passionné par le fonctionnement du corps humain. Plus récemment, il y a 3 ans, j'ai commencé à faire évoluer cette passion vers l'évolution du corps humain ainsi que l’interaction de celui-ci avec l'environnement dans lequel il évolue.

J'ai donc coaché des sédentaires ou sportifs dans plusieurs sports et domaines différents pendant 6 ans. Après plusieurs demandes d'entreprises, j'ai décidé il y 6 mois de réorienter les activités vers le bien-être et la création de politiques santé et bien-être au sein des entreprises avec Endorfin. La société a démarré ses activités B2B en septembre 2016 et travaille actuellement entre Bruxelles et le Luxembourg.

Comment as-tu eu connaissance de la Coworking Week?

Je fais partie de l'ASBL GOTORO qui vise à accélérer la reconversion économique de la Wallonie vers une nouvelle économie qui repose sur les technologies de l'information, l'entrepreneuriat et l'innovation. La coworking week est un événement dont nous avons pour la plupart eu vent via les réseaux sociaux et via les différents incubateurs/espaces de coworking de la région Liègeoise.

Comment s'est déroulée ta journée d’essai?

Top. J'ai déjà eu l'habitude des espaces de coworking mais principalement du côté de Liège. L'inconvénient, et à la fois l'avantage, à Arlon, c'est que tout reste à faire. Ce tout jeune espace de coworking lancé il y a plus ou moins quatre mois a de belles ambitions et un énorme potentiel. L'équipe est super, très ouverte et met en place plein de choses et d'événements afin de faire vivre et développer cet espace.

Bastien Soret (Endorfin) a testé l'espace de coworking d'Arlon

Quels sont les bénéfices du coworking de ton point de vue?

Pour moi, il y a deux façons de “coworker” : activement et passivement. On peut profiter d'un espace dans lequel l'atmosphère est calme, propice au travail et où la plupart des autres personnes sont là pour faire la même chose que nous, c'est-à-dire avancer sur leurs projets. J'appelle ça le coworking passif. Cependant, je trouve que le vrai avantage du coworking, et son nom l'indique, c'est de travailler certes sur ses propres projets, mais s'ouvrir également aux projets des autres. Le plus amusant dans ce genre d'espace, c'est de trouver des similitudes entre deux projets, partager son réseau avec les autres ou encore travailler main dans la main sur un projet commun.

Ton expérience a-t-elle été positive? Comment améliorer nos service à l'avenir?

Mon avis est fondé par rapport à l'âge du GreenLab, c'est à dire quelques-mois. L'équipe est géniale, ouverte, jeune et dynamique. Le prix est plus que correct malgré que le service soit unique dans la province.Je pense que l'idéal, serait d'en faire un endroit plus accueillant au niveau de la décoration et de l'aménagement intérieur. En plus de cela, multiplier les événements en soirée et organiser des afterworks en semaine serait un bon moyen de faire découvrir le lieu à un maximum de personnes.

Conseillerais-tu le coworking à tes proches?

Bien-sûr et c'est déjà chose faite ! La plupart de mes proches et mes connaissances sont des jeunes et des moins jeunes entrepreneurs ou des personnes œuvrant pour la promotion de l'entrepreneuriat. Toute personne qui entreprend sait pertinemment bien que la base du développement d'un business, c'est d'avoir un produit/service market fit et un bon réseau.

Ton essai t'a-t-il donné l'envie de revenir dans un futur proche?

Je compte m'inscrire dans les semaines ou mois à venir lorsque les déplacements professionnels se feront un peu moins fréquents et que je pourrai m'installer plusieurs heures sur un bureau.

En savoir plus sur Endorfin

Endorfin planifie de donner plusieurs formations sur le sport, la nutrition, le bien-être au travail avec des spécialistes dans les semaines ou les mois à venir au GreenLab. N'hésitez pas à vous rendre sur notre site internet ou à nous envoyer un mail pour plus d'informations.

Du 2 au 7 octobre 2016, nous avons participé à la Semaine du Coworking pendant laquelle nous avons accueilli gratuitement toute personne désirant tester le coworking à Arlon. La semaine étant terminée, il est temps de faire le bilan.

Cédric Hubert s'est prêté au jeu des questions réponses suite à son essai du vendredi 7 octobre.

Peux-tu nous présenter ton projet?

Il s’agit d’une activité bénévole qui consiste à référencer et à mettre en réseau l'ensemble des initiatives de transition et/ou citoyennes dans la Gaume et Lorraine belge et aussi - spécifiquement - à Arlon.

Nous sommes un groupe assez important, mais depuis le début nous sommes 2 - 3 personnes à travailler plus particulièrement sur la création d’un site Internet. Ce n’est qu’une (toute petite) partie de l’initiative dans son ensemble, mais cela nous semble être un outil d’information intéressant.

Comment as-tu eu connaissance de la Coworking Week?

Via une annonce du Greenlab sur Facebook.

Comment s'est déroulée ta journée d’essai?

Très bien. L’accueil a été très sympa et pro. L’environnement et l’ambiance générale de travail poussent à la productivité. Nos objectifs de la journée ont été remplis et même dépassés sans difficultés.

Cédric Hubert (Arlon en transition) a testé l'espace de coworking d'Arlon

Quels sont les bénéfices du coworking de ton point de vue?

Très positive. Pour toutes les raisons évoquées plus haut. Parmi les points à améliorer on pourrait citer la rapidité de la connexion Internet (mais vous nous aviez prévenu que des améliorations sont en cours).

Conseillerais-tu le coworking à tes proches?

Oui et d’ailleurs c’est déjà fait, une connaissance devrait venir faire un essai au GreenLab dans un future proche.

Ton essai t'a-t-il donné l'envie de revenir dans un futur proche?

Dans l’absolu, oui. Je serais particulièrement intéressé par une formule à la carte ou la journée, qui étant donnée mon activité - bénévole - me permettrait de profiter du GreenLab sans m’engager dans des frais récurrents.

En savoir plus sur Arlon en transition

Coworking Week Belgium

Cette année, pour la première fois, Greenlab Coworking participera à la Belgian Coworking Week, du 02 au 07 octobre 2016.

L'objectif de cette manifestation, organisée bénévolement par BeCoworking, a pour but de permettre à tout un chacun de tester le coworking gratuitement durant une semaine.

Pour cette occasion, Greenlab Coworking ouvrira ses portes :

  • Le dimanche 02 octobre de 14h à 18h : après-midi portes ouvertes
  • Du lundi 03 au vendredi 07 octobre, de 09h à 18h : accès gratuits à l'espace pour toute personne désirant tester le coworking. Info & réservations

En marge de cette initiative, nous accueillerons également deux événéments :

Info & réservations

Le 24 septembre, dans nos locaux, le Green Hub propose un workshop pour découvrir, assembler, programmer votre propre robot !

18-768x512.jpg

Petit plus, il vous sera possible d'acquérir le robot pour l'emporter chez vous.

Info & inscriptions

Vous êtes nombreux à le savoir depuis plusieurs jours déjà, Greenlab est désormais ouvert.

Il nous aura fallu pas moins de 18 mois depuis notre campagne de crowdfunding pour y parvenir, mais c'est désormais chose faite : nous avons pris possession de nos locaux à Weyler la semaine dernière.

Greenlab Coworking et bureaux partagés à Arlon

S'il a fallu du temps, ce fut surtout dans un souci de perfection. Petit rappel des faits :

  • Lors de notre campagne de financement de février 2015 nous occupions un espace en plein centre-ville, dans l'ancien Hôtel du Nord. Après plusieurs mois passés à tenter de trouver une solution à un problème de sécurité majeure, nous nous sommes rendus à l'évidence : nous étions dans une impasse.
  • Au mois de janvier 2016, nous nous installions à Athus, dans le PED. La ville d'Athus n'était pas notre projet initial, mais nous n'avions pas d'autres opportunités à ce moment-là. Il n'a pas fallu longtemps pour que nous nous ravisions et que nous nous mettions de nouveau à la recherche de locaux à Arlon.
  • Depuis le mois de mars, nous avons visité tout ce qu'il était possible de visiter : espaces commerciaux, entrepôts, maisons ou appartemment à louer. Tout y est passé ou presque.
  • Finalement, au mois de mai de cette année, nous rencontrions les responsables de La Lorraine. L'entreprise était à la recherche d'un locataire pour un espace de 400m2 situés sur le Zoning Artisanal de Weyler.

Coworking et bureaux partagés à Arlon

Très vite, la machine s'est mise en place. Les deux dernières années passées à travailler sur ce projet ont fini par payer et nous avons enfin pu nous mettre au travail. Mieux : l'espace que nous louons désormais nous permet, en plus de l'espace de coworking, de proposer des bureaux partagés à la location, chose que nous n'avions pas prévue initialement.

La demande a très vite suivi, à la fin de la première semaine d'occupation, nos premiers clients emménageaient déjà : Creative atoms, Challenge et Ludilingua travaillent déjà depuis nos bureaux.

Creative atoms installe ses bureaux chez Greenlab

Et maintenant?

Comme pour tout projet entreprenarial, chaque solution amène son lot de nouveaux défis. Puisque nous avons trouvé un local bien plus grand que ce que nous n'espérions, nous sommes actuellement en manque de mobilier.

Rassurez-vous, une solution est déjà sur les rails et devrait trouver un dénouement rapidement.

En attendant, faites-vous plaisir et venez coworker avec nous!

Le Luxembourg Institute of Science and Technology (LIST | Twitter) accueille le premier TULIP hackathon le 1er avril prochain. Pendant cet événement, vous pourrez expérimenter non seulement une future technologie innovante, les interfaces utilisateurs tangibles, mais aussi le framework open source du LIST, TULIP, qui peut être utilisé pour développer facilement des applications.

TULIP Hackaton Luxembourg

Les interfaces utilisateurs tangibles représentent une technologie prometteuse qui permet aux utilisateurs de créer une interaction entre des objets tagués (de presque toute taille, toute forme, et toute composition) avec des informations contenues dans le logiciel. Grâce à cette dimension tangible, les concepteurs d’applications et d’interfaces peuvent tirer le meilleur parti de la capacité innée, naturelle d’interagir avec des objets physiques, concrets. Cette interaction permet de donner du sens, une utilité et un objectif à ces propriétés physiques, comme le positionnement ou l’orientation. Les scientifiques et ingénieurs du LIST explorent et utilisent ce phénomène pour approfondir les recherches dans le domaine de la résolution de problèmes collaborative afin de voir si les gens comprennent plus facilement des problèmes complexes s’ils utilisent une interface environnementale plus riche.

Durant le travail sur leurs objectifs de recherche, les chercheurs ont développé TULIP pour les aider à développer rapidement des applications. Non seulement TULIP permet de développer des prototypes avec moins d’efforts, mais cela offre aussi à la communauté la possibilité de travailler avec JAVA afin d’implémenter leurs applications à un niveau abstrait plutôt que de travailler au niveau matériel.

Durant le hackathon, vous aurez l’opportunité de découvrir l’interface utilisateur tangible et TULIP. Les chercheurs et ingénieurs du LIST vous présenteront les technologies et vous donneront accès à TULIP. Ils vous accompagneront dans le développement d’une application de votre choix afin de vous apprendre à connaître TULIP et de voir votre application prendre vie sur l’une des interfaces utilisateurs tangibles du LIST. Veuillez noter que les échanges se feront uniquement en anglais.

Info et inscriptions

Greenlab, c'est un espace de coworking (pas encore tout à fait) physique, mais c'est aussi et surtout une communauté.

Working together...

Notre volonté est avant tout de favoriser les échanges entre nos membres. C'est pourquoi nous avons ouvert un espace de communication en ligne ou nos coworkers peuvent échanger et communiquer ensemble.

Pour nous rejoindre, rien de plus simple, remplissez le formulaire d'enregistrement, nous vous contacterons par e-mail très rapidement !

 

Le 17 mai 2015, aura lieu, de 9h. à 12h., le premier Repair Café arlonais, résultat d'une collaboration entre quatre associations : 6×7 ASBL, CLACK ASBL, Greenlab coworking ASBL, la Maison des Associations et du Volontariat. Dans ce cadre, les organisateurs recherchent des bénévoles motivés !

DSC07035 modif 1

D'origine alsacienne, Séverine Schwander a relevé le pari d'une épicerie bio dans le village de Toernich, près d'Arlon.

Le bouche à oreille virtuel et à l'ancienne

Des 6m2 de départ qui accueillaient le dépôt de paniers des Grosses Légumes, l'activité gagne peu à peu la maison, jusqu'à envahir le salon lors de ventes éphémères, qu'il s'agisse des créations d'une styliste du Nord de la France ou de décoration. “Mes premiers clients, c'était 3 voisines. Le bouche à oreille a fonctionné.” Il faut préciser que Séverine s'implique dans toutes les activités du village, anime une page Facebook et alerte par mail sa communauté lors des arrivages. Cette dernière approche lui permet d'ajuster ses achats grâce aux pré-commandes: précieux pour les produits de niches dont elle se fait une spécialité.

Le réseau, un must pour les petites structures Elle insiste aussi sur les produits éphémères, comme les fraises ou le fromage de chèvre disponibles uniquement en saison: “Les habitudes changent, et c'est aussi l'occasion de parler des producteurs. Du lien social, qui passe par l'échange de recettes lorsqu'arrivent des produits moins connus.”  L'appartenance à un réseau de distribution locale, gérée par l'asbl Solidairement, est un solide plus pour des petites entreprises comme la sienne. La livraison est assurée tous les vendredis. Et si Séverine est absente, le voisin réceptionne. En effet, ce commerce n'est pas en mesure de fournir une activité à temps complet. Séverine poursuit une carrière en ressources humaines à Luxembourg, et propose d'ailleurs de faire bénéficier les affiliés de Greenlab-Coworking de ses compétences. Elle a participé à la campagne de crowfunding: “L'occasion pour moi d'acquérir des heures de coworking. J'aimerais y faire ma comptabilité, plutôt que toute seule dans mon coin.” L'économie collaborative, elle connaît. Le Comptoir de la Cigogne est aussi un comptoir de change d'Epis lorrains, cette monnaie locale qu'on rencontre de plus en plus en Lorraine belge.

infos:

lecomptoirdelacigogne@skynet.be

+32(0)473 79 13 98

Logo rond noir copier

rue haute, 30 – 6700 Toernich

horaires:

mardi 19:00-20:00

jeudi: 18:30 – 20:00

vendredi: 16:00 – 20:00

samedi: 14:00- 18:00

et sur demande

Crise financière, préoccupation environnementale, nous apprenons à réparer, nous nous essayons à l’artisanat ou simplement à la personnalisation ou customisation de nos objets. Des tendances que de grands industriels ont d’ailleurs bien comprises ! Le Fablab répond à ces aspirations.

Les Fabrication laboratories, laboratoires de fabrication en français, Fablabs en abrégé, sont des espaces où les usagers peuvent trouver différents outils et machines numériques, tels que imprimante 3D, découpeuse laser, fraiseuse numérique, découpeuse vinyle et machine à coudre, sur le mode du Do it yourself (D.I.Y.). Ces initiatives ont surgi un peu partout dans le monde et se sont dotées d’une charte commune, qui garantit le partage des données, l’ouverture, l’accessibilité, ainsi que l’emploi des machines énumérées plus haut.

FTC-v1-1024x1024Un peu d’histoire…

C’est Neil Gershenfeld, professeur américain au Massachussets Institute of Technology(M.I.T.) qui, à la fin des ’90, mit à la disposition de ses étudiants un atelier équipé de machines numériques pour qu’ils passent de la conception à la réalisation dans son cours cours intitulé: How to make (almost) everything, soit: Comment fabriquer (à peu près) n’importe quoi. Le premier Fablab sera créé au sein de cette université puis exporté dans le monde entier.

Une révolution ?

 Qu’on y voie le symptôme d’une troisième révolution industrielle pour certains, comme Jeremy Rifkin, ou un simple loisir, il est sûr que ces fabulous laboratories comme les ont rebaptisés certains, s’accompagnent d’une prise de conscience de société. Certains fablabs ont déjà donné lieu à des réalisations importantes, telles que la production et le stockage d’énergie avec des fours solaires, comme le projet i2R d’EDF, ou en agriculture 2.0. Dans le Missouri, Marcin Jakubowski a conçu les plans  de fabrication d’un tracteur et le kit de construction d’un village global, regroupant 50 outils, la communauté mondiale Windows farms a élaboré des méthodes et des outils pour cultiver fruits et légumes derrières les fenêtres d’habitations citadines. On l’aura compris, les Fablabs sont clairement en opposition avec la production de masse de l’industrie. Il y est possible de répondre à des demandes non-rentables, d’adapter les objets aux besoins réels.

 Et chez nous ?

Près de chez nous, le Fablab-Luxembourg s’est ouvert dès 2013 à Esch-Belval. Lieu d’expérimentation et d’apprentissage entre pairs, il s’est même ouvert aux écoliers l’été dernier. The Oscar Project (FabToyCar)  ici illustré en est une réalisation.

source:

https://culturenum.info.unicaen.fr/blogpost/apwsw490c83/view

A suivre : Open Source, Hacker Space